Qu’est ce que le format RAW ?

Qu’est ce que le format RAW ?

En photographie numérique il existe tout un arsenal de formats pour visionner et traiter les images, Jpeg, Tiff, Png, Gif,Bmp, etc.…

Mais en général sur les appareil de prise de vue deux seulement se font la concurrence, ou plutôt se complétent c’est le Jpeg (JPG) et le RAW.

Mais attention, car certains appareils ne vous propose que le JPEG.

En conséquence, vous pourrez prendre vos photos soit en RAW, soit en JPEG, ou bien encore en RAW + JPEG

Le RAW, définition.

Avant tout, RAW est un terme anglais qui veut dire « à l’état Brut »

Un fichier Raw est donc un fichier à l’état brut.

Le fichier contient toutes les données à l’état brut (c’est à dire point par point) enregistrées par le capteur et, il est souvent assimilé à un négatif.

Pour mieux se rendre compte des informations que l’on recueille lors d’une prise de vue vous pouvez aller voir (ou revoir) l’article sur les capteurs.

Que renferme un fichier RAW ?

Avant tout, il faut savoir que un fichier RAW n’est pas un fichier libre, c’est un fichier Propriétaire

Qu’est ce que cela veut dire ?

Et bien, que chaque fabriquant a conçu et développé son propre format RAW.

Donc, chaque type de RAW (plusieurs centaines actuellement) nécessite des instructions logicielles spécifiques pour être visionné et édité.

Ainsi, vous pouvez connaître avec quelle marque d’appareil, la photo a été prise grâce a son extension propre au fabricant.

C’est à mon avis le seul avantage, et, toujours à mon avis, il est bien maigre.

Voici un tableau vous présentant les principaux fabricants et leur extension propre.

tableau des extensions raw
voici un tableau récapitulatif et non exhaustif des extensions raw

Par exemple si vous avez un fichier qui a l’extension Photo1234.cr2, vous savez que la photo a été prise avec un boîtier Canon.

Enfin, les données contenues dans le fichier RAW ne constituent pas un fichier image au sens où il s’agit de données brutes : le fichier RAW n’est pas lisible par tous les logiciels de photo.

Donc, il faut utiliser un logiciel qui sait interpréter les données RAW et permet de générer un fichier exploitable dans un format tel que JPEG ou TIFF.

Dans la pratique :

Quand vous appuyez sur le déclencheur, la lumière vient frapper le capteur.

Ce capteur transforme cette lumière en signaux électriques analogiques.

Ensuite vient la phase de traitement analogique pour supprimer les mauvaises informations pour la photo, c’est a dire les parasites (qui apporte ce que l’on appelle du bruit).

Cette phase de nettoyage faite, vient la phase de numérisation et ensuite d’enregistrement du résultat.

Comme nous l’avons vu plus haut, en général deux formats nous sont proposés :

– le JPEG (format déjà traité par des algorithmes de compression, lisible directement)

– le RAW ( format dit brut)

Le RAW, contrairement à ce qu’il peut se dire, est un format qui n’a rien de brut de chez brut, sauf son nom.

En réalité, le RAW subit une compression non destructive, mais cela n’en reste pas moins une compression, et de ce fait, c’est tout de même un fichier non brut.

Par contre cela n’en fait pas un fichier image pour autant car pour le lire il va falloir, comme avec l’argentique, le développer avec des outils informatiques.

C’est un peu ce que fait votre appareil quand il vous affiche une image JPEG.

Il développe le négatif avec les réglages faits à la prise de vue et vous donne un résultat unique.

Par exemple, faites  la  même prise de vue en format JPEG, votre appareil sur un trépied, avec les même conditions de lumière, en mode prédéfini.

Entre les deux photos, ne changez que le style d’image. 

Donc vous shootez une fois en mode paysage, la deuxième fois en mode portrait.

Vos images seront forcément différentes. Laquelle des deux est brute de capteur ? Aucune ! Sinon il n’y aurait pas de différence

Ces résultats sont différents parce que l’appareil a travers du format JPEG a lui même apporté des corrections .

Seulement le JPEG travaille, ou est encodé en huit bits (8 bits) alors que le RAW sera encodé en 12, 14 ou 16 Bits suivant le boîtier.

Ce qui lui permet d’être beaucoup plus précis.

Ceci est du au fait que le nombre de valeurs pour une information venant du capteur est de 254 en huit bits. (2 puissance huit)

Alors que en 12 bits, le nombre de valeurs pour une information sera elle de 4096 (2 puissance 12), et ainsi de suite …

Pourquoi cette différence ?

Pour comprendre ce que je viens de dire, il faut faire un tout petit détour par un rappel d’information pour certains et peut être de formation pour d’autre.

En informatique, l’information de base s‘appelle le bit (contraction de Binary Digit, ou Chiffre Binaire), les ordinateurs travaillent dans un système Binaire.

Comme son nom l’indique un Bit n’a que deux valeurs le 0 et le 1

Par exemple, en binaire pour répondre à la question :

Cette porte est elle ouverte ?

Il n’existe que deux possibilités, oui elle est ouverte (même si c’est qu’un peu), ce sera le 1 (un), ou non elle n’est pas ouverte (donc elle est fermée), ce sera le 0 (Zéro)

Cette logique est valable avec un seul bit, qui a bien pris, soit la valeur 1, soit la valeur 0.

On voit tout de suite que la précision n’est pas au rendez vous.

On ne peut pas savoir comment la porte est ouverte, un peu, beaucoup, passionnément, etc…

Prenons par exemple une réponse encodée sur deux bits (2 bits).

Avec deux bits nous aurons quatre possibilités, les deux valeurs de plus fort poids associées aux valeur de plus faible poids, soit :

00, 01, 10, 11

Ceci nous permet de répondre plus précisément à notre question de tout à l’heure de la manière suivante :

00 : ma porte est fermée

01 : ma porte est ouverte au tiers (puisque j’ai un 1)

10 : ma porte est ouverte aux deux tiers

– 11 : ma porte est ouverte complètement ( à 100%)

Si nous transposons en photo, la porte fermée sera le noir et la porte ouverte sera le blanc avec deux intermédiaires de gris, un gris clair et un gris foncé.

On va avoir ce petit tableau :

présentation de quatre cas de figures en binaire
Présentation d’un tableau en binaire

Plus nous allons ajouter de Bits et plus notre réponse sera précise, et ceci de la manière suivante :

On s’aperçoit tout de suite que plus on a de bits, plus on est précis.

En l’occurrence avec huit bits on a 254 possibilités, avec quatre bits seulement 16 possibilités.

Donc, quand on ajoute un Bit on multiplie par deux ne nombre de résultats, on gagne une puissance de deux.

En conséquence, par le fait de travailler avec un nombre de bits plus important, un fichier RAW apportera beaucoup plus de détails.

Pourquoi utiliser le RAW ?

Le format RAW est un format propriétaire et il peut même être différent suivant le modèle de la marque.

Cependant il reste accessible à beaucoup de logiciels de traitement d’image, même gratuits .

Son poids étant important, il demande de grandes capacités de stockage.

En contre partie les prix des supports de stockage sont à la baisse continuellement.

Malgré ces inconvénients le format reste malgré tout le meilleur atout du photographe quand celui ci regarde ses avantages.

En effet, nous pouvons dire que ce format laisse une plus grande latitude quant aux réglages et touches personnelles.

Son encodage sur un nombre de bit supérieur laisse une grande place à une meilleure définition de l’image.

Que tous les contrôles et réglages peuvent être fait en post-production sans altération majeure.

Les logiciels de conversion RAW permettent de manipuler plus de paramètres avec plus de souplesse .

Des transformations importantes des données, comme l’augmentation de l’exposition d’une photo sous-exposée de manière significative est beaucoup moins destructrice.

Je ne vous ai fait part que d’un échantillon des avantages d’un tel format, il y en a d’autre .

Par contre pour obtenir tout ça, il faut obligatoirement passer par un programme qui va permettre de développer le RAW.

Heureusement, il en existe beaucoup sur le marché.

En passant par ceux qui sont gratuits, jusqu’aux payants, il y a un choix énorme qui vous donnera pleine satisfaction.

En conclusion :

Comme nous l’avons vu au cours de cet article, le fichier RAW n’est en fait pas une image comme on le pense et on l’imagine généralement.

C’est une sorte de paquet contenant toutes les informations nécessaires pour créer une image sans que celle-ci soit encore définie.

Et dans ce paquet vous avez tous les ingrédients pour aboutir à un résultat de grande qualité que vous maîtrisez du début jusqu’à la fin.

Avec ses milliards d’informations, c’est bien supérieur au nombre d’un format JPEG.

Ainsi, le RAW offre donc beaucoup plus de latitude aux réglages sans dégradation majeure.

En conséquence, il permet ainsi de développer ses photos selon ses propres goûts et perceptions avec une grande finesse.

Pour en savoir plus sur le Format RAW:

Compétence Photo publia un guide pratique entièrement consacré au format Raw écrit par Patrick Moll – un des principaux spécialistes de ce sujet en France

Dans ce hors série l’univers du Raw et des logiciels de développement vous est dévoilé

 

Négatif des temps numériques, le format RAW contient l’intégralité des informations enregistrées par le capteur de votre appareil photo, contrairement à la plupart des autres formats d’image

Que vous soyez débutant ou expert, vous y trouverez un réel plaisir dans le prolongement naturel de celui de la prise de vue.Ecrit par Patrick Moll

 

Cet ouvrage exclusivement dédié au flux de production RAW montre aux photographes professionnels et amateurs avertis comment tirer le meilleur parti des outils de développement de Camera Raw et de Lightroom.

Par Jeff Schewe

 

 

Lightroom vous permet de retoucher et classez vos images en tout lieu et à tout moment.

 

 

 

Cet article vous a plu ? Partagez le si vous pensez qu’il peut servir à d’autres photographes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.