L’Histogramme en photographie, ses secrets mis à jour.

L’Histogramme en photographie, ses secrets mis à jour.

L’ histogramme en photographie, le découvrir, le comprendre, en tirer profit

Si vous débutez, cet article est pour vous.

Si vous connaissez déjà , mais que vous avez un doute, cet article est aussi pour vous.

Dans tous les cas, à la fin de celui ci, l’ histogramme en photographie n’aura plus de secret pour vous.

Qu’est ce que l’histogramme en photographie ?

L’histogramme est un mode de représentation graphique de la distribution tonale d’une image.

Houu…lala! Ça, ça fait mal.

En plus simple, maintenant cela donne quelque chose comme cela.

Premièrement, c’est un graphique, et, celui ci est lié à chaque image.

Ou bien, chaque image à son propre graphique.

Ensuite, on ne parle d’histogramme en photographie qu’avec l’apparition du numérique, pas avec l’argentique.

En fait, ce graphique va nous donner le nombre de pixels présents dans l’image pour toutes les valeurs de tonalité présentes dans cette image.

Par exemple, pour les tons clairs ou bien les tons foncés en passant par les tons moyens.

Regardons ensemble une photographie avec son histogramme, qu’est ce que cela donne ?

l'histogramme nous dévoile les pixels
Un Crocus et son Histogramme de luminosité

Ce couple photo-histogramme est tiré de Photoshop,

Maintenant explication de l’histogramme

l'histogramme permet d'analyser une photo
Présentation d’un histogramme

L’histogramme est véritablement un compteur à pixel, il donne la répartition des niveaux de gris de l’image en les présentant répartis sur deux axes :

En X, la gauche du graphique représente les tons les plus foncés, voire le Noir

Plus on va vers la droite, plus on va vers les tons clairs, voire le Blanc.

Et en Y, on a le nombre de pixels pour chaque niveau de tons.

Par exemple, ci dessus, on a pratiquement pas de Pixels Noirs.

Ensuite on peut voir un pic de tons foncés et un nombre moyen de tons clairs.

Enfin, le nombre de pixels diminue en arrivant vers les tons les plus clairs, pour être pratiquement nul vers les Blancs.

Pour qu’une image comporte un maximum de nuances sans pertes de détails, il faut une courbe la plus large possible sans que les extrémités ne soient coupées.

l'histogramme en photographie nous permet de connaitre tous les point faibles
l’image est bien équilibrée

Par exemple sur cette image on un résultat presque bon, mais comme le ciel est légèrement « brûlé »ou trop pâle, on le retrouve sur le pic à l’extrême droite.

Mais la forme générale est plutôt bonne.

Ou le trouve t’on ?

On retrouve cet histogramme sur tous les bons logiciels de retouche.

Pour ne parler que de Photoshop, on va le trouver dans « Fenêtre » « Histogramme »

D’ailleurs, c’est en post-traitement qu’il prend tout son intérêt. Nous pourrons ainsi modifier la densité, le contraste et la colorimétrie simplement en déplaçant trois curseurs.

Mais aussi, il existe sur le Appareils Photo Numériques. (APN)

L’histogramme s’affiche sur votre écran à l’arrière de l’appareil, que l’on appelle aussi le moniteur. Selon les marques, il apparaît soit en appuyant sur la touche « Info » ou « Display » ou encore chez Nikon, en appuyant sur les touches haut ou bas du trèfle (ou pad). Cependant sur les reflex, l’histogramme ne s’affiche qu’en mode lecture, c’est à dire sur les images déjà faites. Sur les bridges et les hybrides on peut l’afficher pendant la prise de vue.

Si votre histogramme ne s’affiche pas par défaut, aller voir dans votre menu, les options d’affichage.

Menu visualisation chez Nikon, Options de visualisation, cocher la case histogramme.

Chez Canon, afficher une image et appuyer sur la touche « Info » ou « Display » jusqu’à l’apparition de l’histogramme (Menu tournant)

A quoi ça sert ?

L’utilité d’un histogramme n’est plus à démontrer.

L’histogramme est un outil complémentaire au système de mesure de l’appareil photo. Sa lecture permet de savoir si l’exposition est correcte. Et, elle nous montre surtout de quelle manière elle peut être incorrecte. Malgré les progrès techniques, les sujets et les situations complexes peuvent fausser le résultat de la mesure. Comprendre l’histogramme de son boîtier permet de corriger ainsi les erreurs et d’éviter les pièges.

Donc si nous comprenons l’histogramme de notre boîtier nous pourrons corriger les erreurs liées a la situation épineuse.

Comment le lire ?

Savoir lire un histogramme est très important, car cela va nous permettre de pouvoir corriger de manière optimale.

une suite d'exposition et leur histogramme
l’histogramme reflète particulièrement bien l’exposition

Ci dessus, j’ai cinq fois la même photo prise avec des Indices Lumineux différents.

J’ai pris quelque chose qui est plat en couleur (une allée de gravier).

Premièrement, on voit bien que plus la photo est sombre et plus la courbe se trouve a Gauche.

A l’inverse quand la photo s’éclaircit la courbe va se déplacer vers la droite.

Deuxièmement, la courbe est assez régulière dans sa forme.

Je veux dire par là, qu’elle monte régulièrement pour arriver a un sommet assez arrondi.

Et que, enfin elle redescend tout aussi régulièrement.

Cela est du à la mollesse du cliché. Il est plutôt terne.

Malgré tout, on peut quand même voire que les massifs sur le coté gauche nous donne un petit pic a gauche.

Ce petit pic se transforme en traîne quand on va vers la droite.

Donc, il prend moins d’importance sur un cliché surexposé.

Un bon histogramme, qu’est ce que c’est ?

Promenade en campagne au printemps
L’histogramme est bien équilibré

Celui ci peut prétendre a être qualifié de bon Histogramme

Visuellement, vous pouvez constater que les valeurs sont bien réparties, allant de la gauche (les tons foncés), du centre (tons moyens) et à droite (tons clairs), sans que celles-ci ne débordent du cadre.

Ensuite, les pixels se répartissent sur tout l’axe des X, ce qui veut dire que les tonalités sont très présentes, caractéristique première d’un bon contraste.

C’est ce que nous n’avions pas tout à l’heure sur mes cinq clichés, ils étaient mous.

Ce qu’il faut éviter.

Et bien c’est simple, il faut éviter les clichés trop sous-exposés (ou bouchés). L’histogramme sera flanqué sur la Gauche.

On peut quand même récupérer le cliché, sa qualité finale sera un peu altéré par le post traitement.

Ensuite, nous devons éviter les clichés trop sur-exposés (on dit cramé, brûlé). L’histogramme sera flanqué sur la Droite.

Malgré le fait que l’on peu ramener un tel cliché grâce a l’histogramme, dans ce cas on perd trop d’informations.

En conséquence, même en format RAW nous perdons ces informations et, c’est pire en JPG.

Donc la sur-exposition est très défavorable au cliché.

Enfin, le troisième cas c’est un cliché qui contient une partie brûlée et une partie très sous-exposée.

Dans ces situations il sera difficile de ramener l’image sans altération.

Comment joue t’on avec l’Histogramme ?

Voici une liste simple des corrections les plus utilisées en luminosité grâce à l’histogramme d’une image.

L’image de référence

L’image présentée ici avec son histogramme est correctement calée. Elle sert de référence pour visualiser l’effet des différentes corrections en luminosité.

Les arbres s'éveillent au printemps
les gens se promènent parmi les arbres en fleur

Correction du noir

En glissant le curseur noir vers la droite de l’histogramme, on augmente le niveau de densité des ombres (avec le risque de les « boucher » complètement).
C’est un moyen de s’assurer que les noirs sont vraiment noirs et pas juste gris anthracite…

le curseur noir est déplacé vers la droite
On fait glisser le curseur noir vers la droite

Correction du blanc

La correction du point blanc remonte le niveau de luminosité des hautes lumières ce qui est utile pour ne pas avoir des blancs trop grisonnants.
Attention cependant à ne pas les « percer » et y perdre tous les détails, le blanc pur étant très inesthétique.

le curseur blanc est déplacé vers la gauche
On fait glisser le curseur Blanc vers la Gauche

Correction de gamma (pointeur gris)

En décalant le point gris vers la gauche, on réduit à la fois densité et contraste de l’image, sans pour autant modifier les valeurs d’ombres et de hautes lumières.

le curseur gris est déplacé vers la gauche
On fait glisser le curseur gris vers la gauche

Inversement, le décalage du point gris sur la droite va densifier l’image et renforcer son contraste, mais toujours sans modifier ni les valeurs des blancs ni celles du noir.

le curseur gris est déplacé vers la Droite
On fait glisser le curseur gris vers la Droite

Correction des niveaux de sortie

En augmentant le niveau de sortie du noir, on va « éclaircir » les ombres. Le noir sera rendu par un gris plus ou moins dense en fonction de l’ampleur de la correction.
Cela peut éviter de « boucher » les ombres.

Le curseur de Niveau de Sortie est déplacé vers la Droite
On fait glisser le curseur plus ou moins a droite

On peut aussi réduire le niveau de sortie du blanc. Les pixels blancs sont alors rendus par un gris dont la densité est là encore liée à l’intensité de la correction.
On évite ainsi de « cramer » les blancs, remplacés par un léger gris.

Existe t’il différents types d’histogramme ?

Oui. Je n’ai présenté ici que l’histogramme de luminosité mais de nombreux logiciels sont capables d’afficher les histogrammes par couche de couleur (un pour le rouge, un pour le vert et un dernier pour le bleu), voire même les 3 couches de couleur ensembles.

D’ailleurs, si vous avez remarquer, mon exemple printanier nous dévoile un histogramme avec les couches de couleur, plus haut dans l’article.

En conséquence, cela veut dire que nous avons les mêmes possibilités de réglage pour chaque Couleur.

Une richesse incroyable et illimitée s’offre ainsi à nous.

Pour conclure:

En photo numérique, l’histogramme est un allié de poids. Grâce à lui vous allez pouvoir analyser plus finement l’image, ce qui est essentiel lorsque l’on souhaite soigner sa prise de vue ou retoucher avec précision ses photos…

Mais aussi il nous permet, en post-traitement une infinité de réglages afin de pouvoir sublimer vos photos.

Et, maintenant que vous connaissez bien mieux l’Histogramme, il ne vous reste plus qu’a vous exercer pour rendre vous photos encore plus belles.

retour vers l'accueil

Cet article vous a plu ? Partagez le si vous pensez qu’il peut servir à d’autres photographes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.