6 Astuces pour bien débuter le Post-Traitement Photo

6 Astuces pour bien débuter le Post-Traitement Photo

La photo vous attire de plus en plus et vous vous dites que peut être vous pourriez aller plus loin que la simple prise de vue.

Aussi, la retouche photo aussi appelé le post-traitement vous tente de plus en plus. En effet, c’est la suite logique de cette prise de vue afin de sublimer vos images.

Pour un débutant, le post-traitement représente la magnificence, le saint Graal, du photographe accompli.

C’est aussi une promesse, celle de maitriser de bout en bout la création photographique.

Le travail ne s’arrête plus à la prise de vue, mais se prolonge maintenant devant un ordinateur.

Et, c’est alors l’occasion de renforcer son sens de l’image et de faire passer son message.

Mais, il faut faire attention car souvent le mieux est l’ennemi du bien. Aussi voici quelques règles fondamentales pour ne pas tomber dans l’excès du post-traitement, qui peut être destructeur.

Nous allons voir ensemble les bonnes questions à se poser. Ce sera à vous de chercher les réponses qui vous serons propres.

Post traitement d'une Image en haute résolution dynamique
post-traitement HDR

1)Savoir pourquoi vous retouchez vos images ?

Cela peut paraitre idiot mais c’est pourtant la chose essentielle que vous devez savoir.

Le post-traitement offre une gamme tellement vaste de fonctions qu’il faut savoir ce vers quoi vous désirez aller.

Il faut choisir une orientation, la votre.

Quel est votre but ? Que peut apporter le post-traitement à vos photos ? Est-ce que le post-traitement va conforter le message que vous voulez faire apparaitre ? Est ce qu’il va apporter un plus ? Et surtout, est ce que vous pouvez vous en passer ?

La retouche est une façon de prolonger votre travail, d’améliorer la prise de vue en éliminant des imperfections, des gènes.

C’est un élément qui trouble le cliché, une lumière qu’il faut modifier soit en la renforçant soit en la diminuant, c’est un cadrage un peu large, un recentrage du sujet etc…

Mais cela peut aussi être beaucoup plus créatif, comme faire du photomontage, appliquer des effets complexes pouvant être réalistes ou surréalistes.

Il n’y de limite que votre imagination.

Avancer mais graduellement

N’essayez pas de vouloir tout faire en même temps, petit à petit l’oiseau construit son nid, faites comme lui avancez pas à pas.

Vous pouvez faire absolument tout ce que vous voulez en post-traitement photo, mais cela nécessite une connaissance et des acquis, tout n’est pas intuitif.

Ne vous fixez des objectifs que vous ne pourrez pas tenir au début, et qui vont vous dérouter voire vous décourager.

Le travail demandé est très important avant de bien maitriser ces logiciels de post-traitement photo.

Aussi, commencez par faire des exercices simples et évoluez graduellement vers des choses plus complexes, mais allez lentement afin de bien assimiler ce que vous avez fait.

Par exemple la retouche de portrait demande une grande expérience que vous n’aurez pas en débutant. Au contraire, rectifier le cadrage et les couleurs sur un paysage est bien plus accessible au début que de faire une retouche beauté.

 Commencez par des retouches simples et n’ayez pas peur de faire et de refaire jusqu’à ce que vous soyez satisfait de votre travail.

Et quand vous aurez maitrisé une retouche passez à l’étape suivante.

Vous allez certainement être confronté à des envies de résultats immédiats mais vous ne saurez pas les obtenir.

C’est frustrant, mais normal, il vous faut passer par une phase d’apprentissage purement technique pour apprendre à utiliser votre logiciel de post-traitement d’image.

Le coucher de soleil retraité apporte un douceur a l'image
retouche HDR

2)La Prise de vue sera toujours la base, ne l’oubliez pas.

Il est difficile d’envisager la retouche sans prendre en compte la prise de vue originelle.

La retouche n’est pas que correctrice, il s’agit aussi d’un choix  créatif qui se justifie dans un processus de création photographique global.

La suite logique

Même si le post traitement offre des capacités de retouche énormes, la prise de vue reste malgré tout l’élément majeur, et il ne faut en aucun cas la négliger.

Vous pouvez peut être rattrapé une photo moyenne en utilisant le post traitement, mais dans la majorité des cas le résultat restera moyen.

Pour qu’une photo soit bonne après retouche, il faut qu’elle le soit avant.

Donc il faut que vous maitrisiez les principes élémentaires de la photo pour pouvoir maitriser le post-traitement.

Anticiper dès la prise de vue

Lorsque vous prenez une photo, il est important de savoir ce que vous désirez au final, car le post traitement viendra en complément et non en en substitution des effets désirés.

Prenons le cas d’un paysage avec un ciel couvert mais lumineux, vous allez prendre la photo et le ciel ressort naturellement blanc uni, sans relief, bref inintéressant.

Dans ce cas, reportez  la mesure de l’exposition sur le sol qui lui est important, et vous servira de référence.

Le ciel pourra être surexposé mais c’est sans importance puis nous allons le supprimer avec le post traitement.

Dans tous les cas, essayez de prendre l’habitude de vous projetez et d’anticiper le résultat final, même si en cours de route vous changez légèrement de cap.

C'est le contraste qui nous apporte une satisfaction
post traitement HDR

3) Utilisez les bons logiciels de post-traitement

Les logiciels de post-traitement sont nombreux et tous ne se valent pas, tout comme les appareils photos.

Choisissez donc un logiciel avec grand soin.

Adapté à vos besoins

Comme tout photographe, vous avez certainement entendu parler de Photoshop.

C’est le logiciel le plus connu, et certainement le plus puissant du marché.

Cela ne veut pas dire qu’il soit le mieux adapté à vos besoins du moment.

Si vous voulez seulement faire du recadrage, de la correction de couleur, Photoshop est disproportionné.

L’offre de logiciels de traitement d’image est très large, et il y en certainement un qui vous conviendra.

Allez voir sur des sites de téléchargement qui vous proposeront des logiciels soit gratuits ou en démo, le temps de se faire une idée.

Le risque d’utiliser un outil trop puissant dès le début est de se perdre dans sa complexité (pensez petit à petit)

Quelles sont vos affinités avec l’informatique ?

Tout le monde n’a pas la même aptitude et les mêmes désirs devant l’informatique.

Pour cela, il faut que vous en teniez compte lors du choix de votre logiciel, et de la manière dont vous voulez l’utiliser.

Il existe des logiciels très simples et intuitifs avec lesquels vous pourrez vous faire la main sur des opérations simples.

Ce qui ne veut pas dire qu’il faut s’arrêter à ceux-ci, découvrez la retouche avec ceux-ci et ensuite vous pourrez passer à d’autres logiciels plus performants. (Toujours petit à petit, d’accord ?)

Eté indien sur un plan d'eau
couleurs automnales

4) Ne partez pas comme une balle, freinez vos ardeurs.

Quand on débute, on a tous tendance à vouloir en faire trop. Pour ne pas tomber dans ce piège qui à coup sur va vous faire dériver de votre objectif premier, et avec une telle complaisance des logiciels il est très facile de faire n’importe quoi.

Bien sûr, il est très tentant de vouloir utiliser de plus en plus d’effets ou de pousser les curseurs trop loin.

Connaitre les limites des logiciels

Malheureusement, ou heureusement, toutes les photos ne sont pas retouchables.

Quand elles le sont il faut savoir que ces logiciels ont leurs limites techniques.

Toute information que vous perdez par une erreur de manipulation ou un effet surexploité l’est définitivement.

Il n’y a que dans les films ou l’on peut reconstruire une image complète à partir de trois pixels qui se baladent par ci, par là.

C’est votre expérience qui va vous apprendre à reconnaitre si une photo est exploitable ou non.

Nul besoin par exemple de passer du temps sur un mauvais cliché, fait avec un appareil de bas de gamme voire une  Web Cam, vous n’en ferez pas un chef-d’œuvre.

Donner une signification

Ne fait pas du traitement pour faire du traitement en allant dans tous les sens, les résultats seront décevants.

Essayez de donner la direction que vous voulez faire ressortir et utiliser le post traitement dans ce sens.

Bref ayez un but, quand vous savez ce que vous désirez, vous pourrez organiser votre retouche et chaque effet sera alors une étape pour l’atteindre.

Ainsi, au fur et à mesure de l’avancement de votre retouche, posez-vous la question de savoir si vous êtes toujours sur le bon chemin.

Prenez votre temps

Quand vous retouchez une photo, il ne faut pas perdre de vue l’originale et se fourvoyer dans des réglages qui vont vous amener vers un tout autre objectif que celui que vous vous étiez promis.

Il est facile de se laisser entrainer par les  réglages, c’est le syndrome du curseur trop poussé.

 De temps en temps il est bon de laisser reposer et de revenir plus tard avec un esprit ‘’nettoyé ‘’, et un œil neuf.

C’est une très bonne technique pour concevoir un travail de qualité et neutre.

Si en plus vous conservez l’original prés de vous, vous aurez encore plus d’éléments de comparaison, notamment après un gros changement.

Vous pourrez vérifier comment votre retouche à modifier l’image et si vous n’êtes pas allé trop loin.

Laissez ‘’murir’’ vos résultats, ne publiez pas tout de suite, vous risquez de laisser passer des choses pas terribles.

Et, revenez sur votre ouvrage quelques temps après, il est fort possible que vous trouverez quelques dernières petites retouches à faire pour sublimer vos efforts.

Le soleil fait éclater les couleurs sur ce lac de montagne
lac d’altitude

5) Passez par la case Formation.

A l’heure actuelle, il est très facile d’avoir accès à des aides ou des formations sur les photos.

Utilisez Internet

Articles, tutos foisonnent sur internet et certains livres sont de bons supports pour apprendre à son rythme.

Usez et abusez de tous ces outils, notamment ceux que vous trouverez sur le web.

Ce support est une mine d’informations, aussi, si vous vous sentez autonome et que vous soyez motivé, vous pourrez vous former tout seul sans problème.

Mais attention, cela n’est pas aussi simple que cela pourrait paraitre, se former seul est certes gratuit mais cela vous prendra du temps.

N’hésitez pas à faire et refaire des exercices simples puis, passez à un peu plus difficile.

De même consultez des tutos qui peuvent ne pas paraitre en accord direct avec votre projet, mais ceux-ci seront acquis et pourrons vous donner des idées pour vos projets futurs.

Apprendre n’est jamais perdu, et vous trouverez toujours quelqu’un qui est passé par vos problèmes et qui pourra vous aider.

Aussi, explorez les forums et les commentaires de blog, et vous trouverez la réponse à vos problèmes dans celles des autres, il suffit d’être attentif et de bien lire.

Faire et refaire, encore et toujours.

Comme un sportif de haut niveau, avant d’arriver à la perfection, ou du moins à un très bon niveau, il faut s’entrainer.

Le Tennisman va servir et servir encore jusqu’à ce qu’il sente bien son mouvement, car c’est le fait de refaire ce geste qui lui apporte la perfection du geste et cela tout naturellement.

Pour notre cerveau, c’est la même chose avec nos petites cellules grises qui essais après essais se familiarisent  a des logiques qui vont devenir naturelles.

Un logiciel de retouche est complexe et contient des centaines de fonctions, nul n’est capable a la simple lecture de la notice de tout retenir au point d’être inné

Et pourtant le fait de  bien connaitre son  logiciel est un avantage substantiel, d’autant que celui-ci évolue tous les jours.

De nouvelles versions sortent régulièrement, et si vous connaissez bien votre logiciel, il ne sera que plus facile de vous adapter.

En conséquence il vous faudra vous aussi suivre cette évolution, qui pourra vous amener peut être à changer vos habitudes pour avoir encore un meilleur résultat.

Les nuages menaces ces monticules de roches rouges
désert americain HDR

6) Réflexion et Organisation

Quand vous manipulez des photos numériques et même si vous n’avez pas un volume important, on a vite fait de s’emmêler les pinceaux si l’on n’a pas un tant soit peu d’ordre.

Vite organisons nous

Archiver des photos est plus difficile qu’il n’y parait.

En conséquence, la question de l’organisation doit se poser le plus tôt possible.

Comment Décharger les photos ? Ou ranger les fichiers ? Quelle structure et arborescence mettre au point ? Etc…

Ce sont des questions qui paraissent bénignes mais qui prennent toutes leur importance au fil des jours et de l’arrivée de nouveaux fichiers.

Si vous n’y réfléchissez pas dès le début vous allez vite être désappointés.

En effet quand vous allez commencer de travailler sur des images, vous allez faire des tests et chaque test pourra être sauvegardé. Cela fera que votre image pourra avoir X versions suivant les stades d’élaboration.

Il est alors judicieux de mettre un numéro de version, ou indice.

Par exemple l’originale aura l’indice 0 (PhotoBelleMere0, PhotoBelleMere1, etc…) et à chaque nouvelle version vous incrémentez

Vous pouvez aussi mettre la date (exemple : PhotoBelleMere0-010116 ; PhotoBelleMere1-010116 ; etc…)

Ces règles peuvent sembler un peu lourdes mais vous vous y retrouverez toujours et votre photothèque sera bien organisée.

Le logiciel de gestion

Au bout d’un certain temps vous allez crouler sous le nombre de photos, aussi pensez, avant qu’il ne soit trop tard de vous procurer un logiciel de gestion dès que possible.

C’est une aide fort précieuse quand on débute et je pense indispensable par la suite.

Ces outils indexent les métadonnées, c’est-à-dire, ouverture, focale, boitier, objectif, temps de pose, etc…, et aussi certaines caractéristiques propres à l’image.

Vous voyez l’intérêt ?

Et en plus vous n’avez que l’embarras du choix sur internet notamment des gratuits de bonne facture, mais là, c’est à vous de faire le choix suivant votre humeur.

MY

drop-of-water-7720

Si cet article vous a plu,  Partagez le  ci dessous.

Merci

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.