Comment obtenir une Bonne Exposition

Comment obtenir une Bonne Exposition

Une bonne Exposition. Oui, mais pourquoi faire?

La Lumière est la matière première de tout photographe, savoir la manipuler est le labeur de celui-ci afin d’optimiser la qualité de ses travaux.

Cet article fera le point sur ce qu’est l’exposition, sur l’effet qu’elle a sur vos photos, et sur les paramètres qui l’influencent et que vous pouvez contrôler en mode manuel.

Qu’est ce que l’exposition ?

L’exposition est le résultat de l’action de la lumière sur le capteur photosensible de l’appareil photographique.

Je m’explique.

Quand vous photographiez un sujet quel qu’il soit, la lumière est réfléchie et transmise par votre sujet.

Elle va vers votre appareil de manière  plus ou moins importante.

Et, donc va aller sur votre capteur en traversant votre objectif. De par ce fait, elle sensibilise plus ou moins les petites cellules de ce capteur.

Voilà c’est ceci, l’exposition.

Mais pourquoi savoir ceci ?

Et bien c’est simple, plus vous avez de lumière qui vient frapper votre capteur plus celui ci va réagir, et le contraire est vrai aussi.

Le tout c’est de savoir quelle est la bonne quantité qu’il nous faut pour avoir un résultat correct.

Il existe trois cas de figures, ils sont :

  1. La Photo est normalement exposée, la photo est bonne.
  2. La photo est trop exposée, on dit qu’elle est sur-exposée.
  3. La photo n’est pas suffisamment exposée, on dit qu’elle est sous-exposée.

Par exemple ci-dessous :

La photo sur-exposée est une photo où trop de lumière a été captée, regardez mon joli sujet, il est  cramé.(Et ça doit faire mal, même avec les lunettes de soleil)

La photo de cette femme est surexposée
une photo sur-exposée

Maintenant, la bonne dose ou la bonne quantité de lumière a été captée, et là, alors et seulement là, les gens  sont contents, ils se sentent bien, et nous aussi par la même occasion, cela ne fatigue plus nos yeux.

Cett rivère est correctement exposée
une photo correctement exposée

Et enfin, la photo sous-exposée, pas assez de lumière n’est venue jusqu’au capteur.

Ben alors! il est ou mon sujet? vous avez coupé la lumière, on ne le voit pas.

Ce paysage malgré un beau ciel est sous exposé
la photo sous exposée

 

Vous avez compris, on parle alors de photo surexe, de photo sousexe et de photo normale, sous entendu exposée, et oui, bien sûr.

Bien évidemment, le but c’est d’avoir une photo normale parce que celle ci sera exploitable et de bonne qualité.

Mais alors, comment l’appareil sait il que son exposition est normale ?

Et bien, il a en son sein un système électronique qui mesure cette quantité de lumière et il peut paramétrer tous les éléments afin de faire une photo normale, notamment en mode automatique, mais c’est lui qui commande et vous n’avez pas la main sur ses réglages.

Tout cela, c’est trés bien, mais je ne comprends pas tout!

Nous allons faire un parallèle avec l’hydraulique qui, a mon sens, sera plus parlant.

Il nous faut une certaine quantité d’eau pour remplir un récipient, l’eau c’est notre lumière, le récipient c’est le capteur avec sa sensibilité, et pour le remplir nous avons un robinet, dans notre cas ce sera le diaphragme.

Pour remplir le récipient, il nous faut du temps.

Si j’ouvre le robinet (diaphragme)en grand, beaucoup d’eau va venir dans le récipient et celui ci sera plein rapidement(capteur), en contrepartie si j’ouvre le robinet (toujours diaphragme) seulement un peu, il nous faudra attendre plus de temps pour que le récipient (toujours capteur) soit plein.

Est ce que vous voyez l’analogie ?

J’ouvre le diaphragme (ou diaph pour les intimes) en grand, peu de temps pour que le capteur soit plein, je l’ouvre un peu et plus de temps pour remplir.

Et, oui on retrouve nos trois composantes du triangle d’exposition,triangle qui nous dit que si l’on a du temps on peut ouvrir un peu le diaph et si on veut aller vite, on ouvre a fond le diaphragme par exemple.

Il est incontournable, c'est le triangle d'exposition
Le fameux Triangle d’exposition

La sensibilité, elle, c’est le volume du récipient, si on prend un verre a whisky c’est plus petit qu’un seau ( de toute façon, c’est pas meilleur avec un seau), et pour nous un ISO 100 correspond au seau et un ISO 3200 sera celui du verre qui se rempli beaucoup plus vite.

A quoi cela va t’il nous être utile ?

Et bien, si vous voulez être créatif et avoir l’admiration de vos voisins, il va falloir quitter le mode automatique de votre appareil, qui lui, va a la simplicité mais non a ce que voulez.

Pour ceci vous allez pouvoir vous amuser avec ces trois paramètres, et leurs effets propres qui ne sont pas seulement de jouer sur l’exposition, mais :

  • -le diaphragme ou l’ouverture joue sur la profondeur de champ ( déjà vue, si, si)
  • -la vitesse d’obturation pourra jouer sur la manière de capter le mouvement (déjà vue aussi, si ,si)
  • -la sensibilité en ISO quand a elle modifie le grain, ou le bruit, suivant son indice (et bien, celle ci aussi a déja été vue, sauf erreur de ma part)

Et tout ceci nous offre une infinité de possibilités de réglages pour réussir les photos de nos rêves.

Jean Michel

cropped-fiverr_logo-1.jpg

drop-of-water-7720

J’espère que cet article vous a plu, si c’est le cas n’oubliez pas de le  Partagez  ci-dessous.

Merci

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.